Réduire son impact écologique sur le web

SE FOURNIR EN ÉLECTRICITÉ VERTE :
Il existe de nombreuses sociétés pouvant garantir que l’électricité que vous utilisez vient de productions non polluantes (éoliennes, solaires) tel que Direct Énergie offre verte, Planète Oui, Enercoop, etc. Chez We love Tech, nous avons choisi de nous fournir chez Enercoop Languedoc Roussillon, pour un surcoût mensuel minime par rapport au fournisseur le plus répandu en France.

BIEN CHOISIR L’HÉBERGEMENT DE SON SITE INTERNET :
Choisir un hébergement pour votre site en France voir si possible dans votre région . Cela parait logique, mais la plupart des solutions de créations de site en ligne comme Wix, Weebly ou Jimdo sont hébergés à l’étranger, et pourtant l’internaute ne trouve l’information nulle part sur leurs offres. Le transport des données consomme de l’énergie, le choix de la proximité a donc un réel impact. Les nouveaux data centers qui ouvrent prévoient dès la construction du bâtiment, un système de circulation de l’air optimisé pour réduire le coût du refroidissement dû au fonctionnement des machines, renseignez-vous sur les technologies employées.
Le data center NETICENTER installé récemment dans le Gard à l’initiative de la ville de Nîmes en est un exemple typique de la démarche d’Eco-conception. La technique de refroidissement utilisée et les choix énergétiques promettent -d’après leur brochure – de garantir par rapport à une installation aux références 2017 :
–  Moins 65% de Co2 rejetés
– Moins 42% d’eau consommée
– Moins 41% d’or utilisé
– Moins 76% de Mégajoules consommés
– Moins 100% de déchet nucléaire
(Sources groupe NETIWAN)

VIDER VOTRE BOITE MAIL RÉGULIÈREMENT ET ÉVITER LES PIÈCES JOINTES TROP LOURDES SI POSSIBLE.

FAVORISER UN DÉVELOPPEMENT INFORMATIQUE PEU ÉNERGIVORE :
Faire développer votre site avec des techniques assurant un meilleur rendement en évitant par exemple des photos trop lourdes, des animations inutiles, et en optimisant le squelette du site.
Le développeur de site web peut optimiser le développement d’un site dès sa conception.
Le green développeur utilise des techniques particulières : programmation parallèle, analyse des boucles, calculer du ratio entre le temps d’exécution et la puissance consommée…
Certaines animations sont gourmandes en énergie mais également lourdes à charger pour certains ordinateurs personnels et peuvent décourager l’internaute pressé. L’optimisation est donc utile sur plusieurs plans.

ENTRETENIR SON MATÉRIEL :
Dans chacun de nos actes, il y a un impact écologique, c’est réellement un choix de société réfléchi que de prendre en compte ce paramètre. Chacun à son petit niveau peut agir. La solution la plus logique aujourd’hui est d’entretenir son matériel et de ne changer son ordinateur ou son téléphone que si nécessaire. En effet la fabrication de matériel high tech reste l’industrie la plus polluante et énergivore. (Pour continuer sur le sujet article du site Greenpeace)

Certaines solutions sont à la portée de tous, d’autres demandes plus de compétences, mais il est urgent de considérer ce paramètre dans le domaine des nouvelles technologies qui par leur ampleur se révèle bien énergivore. Les grandes entreprises du web l’ont déjà bien compris. Si c’est au départ pour des raisons économiques, Google ou Apple, par exemple, font tourner leurs centres sur des énergies renouvelables, en prévision du risque d’augmentation du coût de l’électricité (Google installe des data centers dans des régions froides, ou près des centrales électriques pour minimiser la consommation).

15 000 scientifiques du monde entier ont déjà tiré la sonnette d’alarme sur la situation.  Ils nous alertent sur le besoin de changer très vite les habitudes de consommation d’énergie si l’on souhaite que notre planète reste habitable.